villascoada

Home » FRANÇAIS » Les alentours

Les alentours

 

La province d’Oristano a toujours joué un rôle politique important du fait de sa position géographique, de ses ressources et de ses deux principaux chemins d’accès : la plaine du Campidano et la vallée du Tirso. Portée là par le mistral, la population nuraghique s’y installa il y a plus de trois millénaires, trouvant un habitat idéal, un climat doux, une plaine et des étangs, et y exploita l’obsidienne du mont Arci. D’importants vestiges archéologiques datant du IIe siècle av. J.-C. témoignent de l’existence de cette population nuraghique dans la région. C’est en effet celle qui regroupe le plus de nuraghi au kilomètre carré. Les Phéniciens s’y installèrent vers 800 av. J.-C., puis ce fut le tour des Carthaginois en 500 av. J.-C. Le port de Tharros devint un lieu de passage et un centre de forte activité commerçante. Sa position privilégiée au sein de la péninsule de Sinis, protégée du mistral, la fertilité de ses terres et sa richesse en minerais furent à l’origine de ce fort développement. se situe à 10 km des plages, de la peninsula du Sinis avec ses plages blanches de quartz, et de la ville Phénicienne-punique de Tharros, du subjectif arc de S’Archittu et de beaucoup d’autres beautés naturels. Dans les alentours le champs de golf Is Arenas, et le manège Horse Country. La ville de Tharros fut finalement abandonnée lors du déplacementdes structures à Oristano. La région passa sous la domination d’Eleonora d’Arborea, qui jouaun rôle emblématique pour la région. La région connut une grande période de faste, de 900 à 1400,pendant le règne du Giudicato d’Arborea, au cours de laquelle degrands progrès en matière d’économie et de législation furentengrangés. Oristano fut la dernière ville à céder aux Aragonais, en 1478. L’environnement naturel est constitué du plateau basaltique d’Abbasanta, situé entre le MonteFerru, le Campidano d’Oristano et le Marghine. La côte est marquée par de nombreux étangs et lagunes à la faune et la flore riches et variées. Les flamants roses y ont trouvé un habitat naturel préservé. La péninsule de Sinis, constituée essentiellement de roches calcaires, ferme au nord le golfe d’Oristano. A l’entrée de la Péninsule s’étend un vaste dédale d’étangs et de marais où s’est développée une faune caractéristique. Les lacs sont le lieu d’habitat de nombreux flamants roses et d’un poisson renommé pour ses œufs, le mulet. Les œufs de mulet portent le nom de bottarga : le « caviar » sarde. Les pêcheurs d’Oristano ont conservé leurs outils de pêche dans des cabanes de joncs des marais et leurs embarcations particulières, les fassonis, faites de ces mêmes plantes. La côte s’étend de San Giovanni Sinis au Capo Mannu.

Epoque phénicienne et romaine.
Ville portuaire antique, fondée en 730 avant Jésus-Christ comme abri pour les navires de fret de la Méditerranée. Jusqu’à 238 av. JC, sous les Romains, Tharros est restée une ville riche. Thermes, maisons et lieux de culte se trouvent dans la partie sud de la ville. Dans la partie nord, vous découvrirez des “Tophet” et le village nuraghique Murru Mannu, lieu de pratique de la sorcellerie.
Joile promenade depuis Tharros jusqu’à la pointe de la presqu’île de Sinis, le Capo San Marco. La particularité de ce site est la mer toujours calme du coté de l’ancienne ville phénicienne (appelée donc la mer morte) et plutot mouvementée de l’autre coté!

Advertisements
%d bloggers like this: